jeudi 28 juin 2012

Ne surtout pas être. (Soul fight.)

Demain il y a cet entretien de candidature pro.
Je me dis :

1) ne fais pas trop handi.
Les valides flippent des handicaps, quels que soient leurs discours et leurs attitudes « de tolérance » à la sauce moderne intégrationniste. Mais ça je sais faire, être SuperHandi, caresser la peur du valide dans le sens de la gloriole où le handicap devient épatant (mon cul...). Le tétra 5 étoiles qui gère au millimètre son autonomie, ça l'épuise complètement mais demain juste montrer ce que le valide veut : je ne suis pas un fardeau à sa magnifique performance.

2) Ne fais pas trop ingenré.
Là ça coince. Ai réfléchi à deux options :
- je fais le pédé très efféminé... Nope, hors cadre intime je n'y arriverai pas, et c'est à éviter devant une boss, sans parler potentiellement des futurs collègues mecs straights. J'oublie.
- Je fais le plutôt habituel mec ultra introverti... Nope, ça ne va pas bien cadrer avec le jeu de rôle des expressions de mes formidables motivations professionnelles. Dammit.
Du coup je me suis dit hier dans le bus : alterne entre les deux, et quelques autres « spontanés ». Mais l'alarme s'est déclenchée : non n'alterne surtout pas ! Surtout pas devant des inconnu-e-s, surtout pas dans un cadre de boulot. Ne sois pas toi, aussi multiple que tu l'es. Aaaaaahhhh.
Il va falloir trouver, rapidement. Acter sans discontinuer.

3) Ne fais pas l'autiste.
Ne fais surtout pas l'autiste.
Le plus dur.
Je prévois de gober un Doliprane une dizaine de minutes avant pour la migraine assurée. Et ensuite je connais la liste : regarde bien dans les yeux (au secours), rigole lorsque l'autre semble déclencher un trait d'humour (ne pas se gourer, bordel ne pas se gourer), n'envoie pas tes yeux balader sans arrêt au plafond, ne papillonne pas des doigts, évite scrupuleusement de tout prendre au premier degré, ne réfléchis pas constamment au vocabulaire et à la syntaxe, bloque ton ouïe aux sons alentour, ne fixe aucun détail visuel, etc.
Avoir l'air le maximum normal. Insipide de bizarreries. Commun, passe-partout.

Le point qui me sauve généralement : hardworker. Si on me fixe un but, on me cadre une tâche, je suis un travailleur acharné, un parfait robot industriel, méticuleux autant qu'ingénieux. Et vendre ceci est toujours bénéfique.

Hier en réfléchissant aux 3 points que je ne dois surtout pas être mais que je suis en permanence, je me suis demandé si mes parents avaient autant baisé de travers pour que je sois à ce niveau raté. (Non pas pour les accuser, mais quand même ça m'intrigue.)


mardi 26 juin 2012

« I’m on a road shaped like a figure 8. I’m going nowhere, but I’m guaranteed to be late. »


. marathon ponctuation érection émotion stérilisation

. désaturation cautérisation illusion cassation inhibition
. danser défoncer danser juste___danser
. loud [sk*m*in*d] push it push it push it
. je ne fais pas partie de sa vie, dixit
. je ne fais pas partie de ma vie, non plus



dimanche 24 juin 2012

Il n'y a pas pire qu'une affiche publicitaire d'André Rieu.

Est-ce que le vent en a parfois marre de toucher les corps humains ?
Il se passera quoi le jour où tous les angles droits deviendront arrondis ? Dans quel sens le monde roulera ?
Les connards participent-ils secrètement à un concours chaque jour ? [discrimination validiste hardcore répétée x3 dans le bus hier]
Est-ce que je pense depuis toujours à baiser, ou bien à quel âge ça a commencé ?*
En apnée aquatique combien de déglutitions de salive faut-il pour entraîner une minute supplémentaire d'oxygénation ?
Autant de couples hétéros avec des bébés un samedi dans la rue donne-t-il lieu à une Pride ?
Est-ce que la mode des défibrillateurs dans les espaces publics indique une peur panique de mourir devant une foule ?





*à 7 ans

mercredi 20 juin 2012

Des dimanches.






Combien sommes-nous à traverser les jours sans réconfort. Devenant répétition, devenant business.
J'achète tout ce que je peux d'une journée, le soleil, l'air, j'accepte le froid, je ne dédaigne pas la pluie. Je deale le temps, marchande les heures.
« Vous prendrez bien encore un peu de vie ? » Je prends tout ce qui est possible, je claque chaque jour tout ce qui peut me rendre encore vivant.
Le fric baudruche.
Le soir je rentre avec à peine quelques centimes. J'ai tout essayé de la journée, je rentre crevé, et je me rends compte que je n'ai même pas de quoi payer une petite pute de soirée réconfortante.

dimanche 17 juin 2012

Candy queer boï

is sucked by nightmares,
when he wakes up bushed
he's just a melted ice cream
with an hard-on wooden stick.


"Discipline of Do Easy" -- Gus Van Sant (1982)



mardi 12 juin 2012

Des fois j'aimerais vivre debout

juste pour arrêter d'être en permanence à hauteur des culs des gens.


samedi 9 juin 2012

Ce que dit le sol.

Je me demande souvent en ce moment si les valides en marchant sur le bitume dans la rue ressentent les pas des passant-e-s proches ?
Je n'ai pas concrètement posé la question. J'ai encore envie de me le demander, d'observer pour déceler une réponse. L'impression que non.

Je m'oriente dans la rue avec toutes sortes de vibrations auxquelles je me concentre à la réception. Au plus important les voitures dans mon dos lorsque j'emprunte majoritairement la route (les trottoirs sont une fourberie), je peux - dois - les sentir comme « tirer » le sol quelques mètres avant (comme froisser un tapis).
J'essaye de ressentir les pas - vibration osseuse + vague épidermique - des personnes avec qui je marche, mais je pense qu'il me manque d'avoir les pieds au sol pour nettement mieux percevoir. Je capte bien plus l'air de l'autre provoqué par ses mouvements, même de très petits. Plus que de l'air la sensation serait aquatique, comme si nous étions dans l'eau et que l'un pousse de l'eau vers l'autre, contact aussi solide que fluide.

Hier je marchais avec cette assistante dont j'adore la démarche, j'étais pressé pour me rendre dans un lieu qui me déplaisait donc nous évoluions plutôt rapidement, mais même d'ordinaire la démarche de cette personne est d'un rythme dynamique/balancé que je trouve quasiment parfait. J'avais de la musique dans les oreilles, ce qui augmentait probablement le plaisir du mouvement. 
Je suis quelqu'un de speed lorsque je suis dehors, trop speed, et j'apprends depuis tout juste quelques années à marcher lentement avec de rares autres. Je crois que j'aime de plus en plus cela, me caler au rythme de quelqu'un-e qui savoure les pas. Je remarque depuis peu que j'ai alors souvent envie de me serrer contre cette personne, comme pour ressentir le tempo de la lenteur à même un corps qui marche.

Marcher ne me manque pas (parce que je ne connais pas ?).
Comprendre peut fondamentalement me manquer.
Ressentir est vital.

vendredi 8 juin 2012

Wright ?


Semaine dernière.

Hier groupe d'écriture « thérapeutique » pour freaks, succursale psychiatrique.
La prof m'intrigue de son rapport entier avec l'écriture et la vie. Une femme d'une soixantaine d'années, avec des cheveux gris et un regard d'épée douce. Hier j'étais fasciné par une veine gonflée et en longue spirale sur sa main, on aurait dit un fleuve sous sa peau, je n'ai regardé quasiment que cela.
Les exercices d'écriture sont la plupart du temps intéressants. Je ne sais quasiment pas ouvrir la bouche durant l'atelier (je bégaie et/ou j'ai la gorge serrée) mais je sais écrire sur commande. J'ai toujours su, eu en permanence un carnet avec moi, chaque silence en société peut être une page d'écriture. Avec l'égocentrisme en encre.

Il y a eu un exercice intéressant de s'immiscer dans le poème d'une auteur, ajouter une phrase sur deux. Un poème contemporain, incisif, avec très peu de ponctuation, le genre d'écriture que j'aime particulièrement. Lorsque j'ai fini de lire mon poème complété, la prof est restée en suspension la bouche semi-ouverte quelque secondes (un vortex), ce qui n'est pas à son habitude. J'ai baissé les yeux, gêné. Elle a dit qu'elle aimerait le transmettre à l'auteur du poème initial, que je semblais complètement suivre son poème avec une justesse... « de danse », ai-je dit, « c'est comme une danse, un tango, ressentir l'autre et peu à peu doucement suivre son rythme ». Elle a acquiescé il semblerait étonnée.
(Le néo-poème parlait d'ouvrir l'océan sur un parking en bitume et de se retrouver dans le creux de l'eau, bla-bla-bla.)


Hier.

Même groupe d'écriture de freaks, j'entends qu'une habituée du groupe est à l'HP. Ces quelques personnes semblent complètement décharnées par la vie 'mais' (et donc) retranscrivent des lignes d'écriture appartenant autant à un enfant qu'à un vieillard, avec une sensibilité et justesse temporelles qui me donnent l'impression que pendant 1h30 la pluie s'est figée, je me balade entre des gouttes de pluie. Quiconque poserait son regard sur une de ces personnes dans la rue aurait un sentiment compressé de désarroi, peut-être d'écart, pourquoi pas pour d'autres de pitié. Lorsqu'elles lisent leurs écrits c'est fulgurant, fulgurant la connerie mortifère de ce qu'on pense des autres sans prendre le temps de les écouter, de les découvrir doucement.
Hier la personne en face de moi écrit que le plus beau cadeau de la vie pour elle est le silence. Je comprends, et j'ai pourtant tellement envie de l'inviter à lire lire lire les silences qu'elle rédige. Mais je n'invite jamais, ma spécialité de statique sociale, suis positionné en sorte de radar humain. J'écoute au millimètre ces gens à moitié fou, à moitié excédés de brûler de vie comme moi.

J'écoute, et lorsque la prof indique mon tour de lire j'ai rarement eu le temps d'atterrir des mots, je me sens bousculé. Je déteste lire à voix haute ce que j'écris, je ne le fais jamais d'ordinaire, ma voix ne me ressemble pas et ce que j'écris se situe sous la peau.
J'ai lu trois textes, issus d'exercices dont la prof crée des contraintes. Hier quelque chose se passe à mes lectures. Un puissant silence vibre à chaque fois que je termine de bredouiller mes lignes, je lève les yeux une petite seconde pour entrevoir des regards en apnée et des bouches écarquillées. Je perçois surtout chez la prof un trouble, un déséquilibre dont elle ne sait comment danser avec. C'est elle qui bredouille maintenant, « oh... ow... merci, vraiment merci... c'est... impressionnant... tu as... » et elle essaye quelques commentaires d'analyse publique mais je sens qu'une partie d'elle me scrute pour savoir qui je suis. Je garde les yeux baissés, pas envie qu'on entre en moi.

La prof a attendu à la fin de la session que tout le monde parte pour venir me voir (évidemment je suis toujours le plus long pour m'habiller). « Charles... tu écris depuis longtemps, c'est cela ? tu écris beaucoup, n'est-ce pas... » Je réponds à toute allure les yeux le plus loin d'elle « tous les jours, depuis... quasiment toujours... vital, j'sais pas, juste vital... » Elle me dit qu'il y a quelque chose dans mon écriture, que c'était un cadeau pour elle aujourd'hui, « tu donnes avec une profondeur pour tous ». Là où j'ai juste envie de lui répondre que je suis un être gluant d'égocentrisme, que je ne sais qu'écrire par hoquets et pas grand-chose d'autre dans cette vie.
Je mets mon bonnet, je réponds « d'accord ».
Elle s'empresse de demander « à la semaine prochaine ?! », je sors avec « d'accord ».

*

Exercice de l'atelier d'hier, un simple : les phrases en gras sont imposées par la prof (d'après un roman), nous avons une dizaine de minutes pour les remplir, les relier. J'ai tenté. (Assez niais, yep.)

Je sais ce que je dois à ma famille. La fuite de la terreur et des asphyxies pour les échappées coûte que coûte vers des libertés. Je dois à ma famille l'apprentissage de sauter les remparts glauques de sa perversité presque banale. Je viens de cette histoire-là, où l'image publicitaire de la famille révèle un huis-clos sans papier glacé, juste glacé. Voilà ce que j'ai appris, enfant : vivre dans un frigo familial mais conserver secrètement sa puissance de liberté au chaud. Et puis apprendre chaque degré de violence froide pour savoir plus tard dans sa vie les réchauffer, envers soi, envers autrui. L'idée, enfin, de ne pas se laisser cryogéniser dans l'horreur mais de fuir un jour vers de meilleurs températures humaines, du moins tenter d'établir quelques cheminées où cautériser les blessures. En résumé, cette famille m'a appris les degrés Celsius de vie, de la pire façon que j'essaie d'incarner en meilleure.